Quel type d’ancrage pour les poteaux de clôture en bois : béton, poussière de pierre, pieux de métal de type “spike”?

poteaux de clôture en bois

Lorsqu’on souhaite réaliser une clôture en bois solide et résistante, un des éléments les plus importants est l’ancrage des poteaux de clôture en bois dans le sol. S’ils sont mal installés, l’ouvrage ne bénéficiera pas d’une bonne assise, ce qui nécessitera des réparations pouvant aller jusqu’au remplacement total de la clôture. À part le désagrément d’avoir à refaire l’ouvrage, les dépenses occasionnées peuvent aussi s’avérer considérables, sans mentionner le gaspillage de matériaux et la perte de temps.

Selon les spécialistes, l’idéal serait que la base du poteau soit en dessous du niveau de gel. En fonction des régions, cela peut se situer entre 36 et 54 po.

Vous aurez également une large gamme de choix pour sécuriser vos poteaux. Nous vous présentons ci-dessous les méthodes les plus utilisées, avec leurs avantages et inconvénients.

Les fondations de béton

Si vous utilisez des fondations de béton pour construire une clôture en bois, sachez qu’elles ne doivent pas aller jusqu’à la surface du sol, car cela favoriserait une levée par le gel. En somme, l’allure conique que prend la fondation peut être une résultante d’une différence de densité entre la surface du sol et le fond du trou. C’est ce qui favorise cette forme conique très caractéristique, qui finit par entraîner un déchaussement de la fondation des années plus tard.

Pour vous en prémunir, vous pouvez utiliser la méthode de coulage mentionnée par Mike Holmes. Elle consiste simplement à ne pas couler le béton à plus de 16 po. en dessous du niveau du sol. Dans le cas où votre sol est composé de glaise, le mieux est d’utiliser du gravier 3/4 net à la base du poteau. Cela créera une zone d’absorption de l’eau et évitera que les infiltrations pourrissent le bois prématurément.

Les autres fondations

En utilisant une fondation de poussière de pierre pour construire une clôture en bois, sachez qu’elle constitue une bonne alternative à l’usage du béton. Seulement, elle présente aussi un inconvénient de taille : il faut de grands efforts physiques pour la compacter. Ce n’est que de cette manière que le poteau sera assez solide, mais l’opération peut être exténuante si le nombre de poteaux à installer est assez important. De plus, la poussière de pierre est plutôt friable, ce qui n’en fait pas une bonne alternative si la clôture en bois est enfouie dans un sol flexible (argile ou glaise), car à long terme les poteaux finiront par bouger et vous vous retrouverez avec une clôture croche.

Les pieux de métal ne sont pas non plus une bonne option pour les poteaux d’une clôture en bois standard, mais sont parfaits pour sécuriser un petit modèle du type ‘’picket fence’’. En effet, ce type de pieu n’est efficace sur un poteau que sur une longueur d’environ 5 po. En somme, un vent d’intensité moyenne aura vite fait de le gauchir, et la clôture finira par se briser.

En conclusion, les fondations en béton représentent la meilleure option pour la construction d’une clôture, surtout dans la région de Montréal, où les intempéries et les températures extrêmes sont bien courantes. De plus, les fondations en béton sont les plus sûres et les plus aptes à soutenir les différents stress qui leur seront imposés.

Bien qu’il existe d’autres options comme la poussière de pierre ou les pieux en métal, ceux-ci ne sont pas vraiment fiables. Faites alors le meilleur choix pour une construction pérenne et suivez le conseil de Mike Holmes pour un travail bien fait la première fois : choisissez la fondation en béton pour votre future clôture.

À propos de l'auteur

Stephan Beaulieu


« La création d’espaces extérieurs en bois pour des gens formidables est ma passion »

Stéphan Beaulieu, président et fondateur de Patios et Clôtures Beaulieu

Suivez Stéphan sur twitter| linkedin| facebook | google+